Assistant·e Maternel·le ou Auxiliaire Parental·e ?

Vous avez envie de travailler avec des enfants, plus précisément des tout-petits. Vous pouvez travailler en structures d’accueil mais également à votre compte. Peut-être que vous connaissez ce travail sous le nom plus commun de « nounou », « baby sitter », « gouvernante » ou encore « tata ». Toutes ces dénominations semblent se référer au même métier et aux mêmes conditions de travail, pourtant en fonction de vos qualifications, de votre employeur et de votre lieu de travail, de grandes différences s’imposent.

Quelles formations et quelles compétences?

Pour travailler auprès d’enfants de moins de 3 ans, il est nécessaire d’être formé·e à l’accompagnement et la prise en charge des soins, du développement et de l’éveil de l’enfant de moins de 3 ans. Cette formation peut aller :

  • de la simple expérience personnelle ou professionnelle (vous êtes maman ou vous vous êtes déjà occupé d’enfants en bas âges pendant plusieurs années),
  • a un Diplôme d’Etat de niveau supérieur comme les Auxiliaires de Puériculture (Bac+1) ou les Educateur·rice de Jeunes Enfants (Bac +2 ou +3),
  • en passant par les qualifications intermédiaires, de plus en plus nombreuses (CAP Petite Enfance, BAC PRO Accompagnement Soins et Services à la personne -ASSP, Assistant·e De Vie aux Famille-ADVF …)
Femme en formation adulte

Ainsi, les Auxiliaires Parentales, directement salarié·e·s des particuliers-employeurs ou des agences de garde à domicile peuvent être d’origines diverses : diplômé·e·s ou non, ayant travaillé.e.s en structure ou non etc. Tandis que les Assistant·e·s Maternel·le·s bénéficient de cette appellation car ils·elles ont été spécifiquement formé·e·s pour ce titre là (120 heures de formation) et ont validé leur demande d’agrément.

Les exigences en terme de compétences et de qualifications vont dépendre de votre futur employeur. Les professionnel·le·s formé·e·s peuvent tous.tes postuler dans des structures d’accueil (crèche, MAM…etc) mais aujourd’hui, nous allons parler du cas où les employeurs sont directement les parents des enfants dont vous prenez soin.

Chez vous ou chez eux?

Nounou avec bébé sur les genoux dans fauteuil

N’importe qui pourrait travailler pour un particulier-employeur au sein de son domicile (ou d’une résidence secondaire pendant les vacances par exemple). En effet, ils sont seuls juges pour décider de quelles qualifications et compétences ils recherchent.

Toutefois, si vous passez par une agence spécialisée dans la garde d’enfants agréée, les exigences devraient être supérieures en terme d’expériences et de diplômes. Mais ne vous y trompez pas ! Certaines familles peuvent être beaucoup plus pointilleuses que ce qui ne pourrait vous être demandé par les agences, et alors un poste pourrait vous passer sous le nez.

Travailler chez un particulier a ses avantages mais il ne faut jamais oublier que vous n’êtes pas chez vous ! Vous ne pourrez pas forcément aménager l’espace comme vous le souhaitez et certaines habitations ne sont pas les mieux adaptées pour s’occuper d’enfants toute la journée…

Les Assistant·e·s Maternel·le·s agréé·e·s ont quand à eux·elles la possibilité de travailler de chez eux·elles et d’accueillir les enfants à leur domicile. Pour cela, il faut avoir obtenu l’agrément délivré par la PMI (Protection Maternelle Infantile) de votre ville, qui contrôle votre domicile et notifie le nombre d’enfants que vous pouvez accueillir (de 2 à 4 en fonction de votre expérience et du lieu d’accueil).

Les Ass.Mat peuvent également se rassembler pour créer une Maison d’Assistant·e·s Maternel·le·s (MAM). Elles travaillent alors au sein d’un local (qui peut-être un appartement), avec d’autres collègues Ass.Mat (en général par 3 ou 4). Si vous êtes affilié.e.s à une crèche familiale ou un RAM (Relais d’Assistant·e·s Maternel·le·s), vous avez la possibilité de participer à des temps collectifs au sein de la structure, mais ceux-ci restent assez limités.

En résumé, l’Auxilaire Parental·e travaille chez le particulier tandis que l’Assistant·e Maternel·le travaille à son domicile. A vous de voir ce qui vous convient le mieux en terme d’organisation et de séparation vie familiale/vie professionnelle.

Accompagnement et suivi

Les Auxiliaires Parental·es, souvent appelé·e·s « nounous », qui travaillent directement pour et auprès des parents ont pour seul accompagnement ce que leur employeur veut bien leur apporter. Parfois, les parents peuvent être très intrusifs et compliquer la mise en œuvre de votre travail, parfois ils ne sont d’aucun soutien et vous pouvez vous sentir très vite seul·e.

Cependant, si vous faîtes partie d’une agence ou que vous avez la possibilité de vous inscrire auprès du RAM de votre territoire, vous pourrez alors peut-être bénéficier d’un soutien auprès d’un.e professionnel·le référent·e. Sans faire de généralité, le suivi et l’accompagnement dans la plupart des structures ou agences sont très limités… C’est pourquoi je propose un soutien et un accompagnement individualisé en fonction de vos besoins et de votre situation. Si cela vous intéresse n’hésitez pas à me contacter.

Deux femmes en entretien face à face

En tant qu’Ass.Mat, vous êtes non seulement suivi·e et contrôlé·e par la PMI, mais vous êtes de plein droit autorisé·e à participer aux ateliers du RAM ; ou encore mieux de votre crèche familiale. Ces structures disposent de professionnel·le·s spécialisé·e·s dans la petite enfance : pédiatre, EJE, Auxiliaires de Puériculture, Sage-Femme… Elles vous aident également dans votre recherche de familles mais aussi en cas de difficultés.

Alors vous avez choisi?

En conclusion, on aura beau vous appeler nounou ou tata, vous ne ferez pas le même travail en fonction de si vous êtes un·e Assistant·e Maternel·le ou un·e Auxiliaire Parental·le.

L’accès à un poste d’Auxiliaire Parental·e semble être moins contraignant en terme de qualifications. Cependant, la concurrence est rude et vous avez tout intérêt à vous former le mieux possible. Même si l’expérience est souvent plus formatrice, les parents restent très attachés à la dimension diplômante de ces professions.

Nounou homme qui lit un livre à bébé

De l’autre côté, l’Assistant·e Maternel·le bénéficient d’une notoriété déjà bien installée, ne serait-ce que par l’appellation que tout le monde connaît. La formation est facilement accessible à toute personne ayant un niveau collège (Brevet), mais pour obtenir l’agrément, il va falloir faire preuve de plus de ténacité : y-a-t-il suffisamment de place chez vous ? Vivez-vous seul·e ou avec des enfants, des animaux ? Si vous souhaitez vous installer en MAM, il faudra déployer alors des qualités entreprenariales de gestionnaire et savoir travailler en équipe !

Travailler de chez vous peut-être une vraie valeur ajoutée. Cela vous permettra peut-être de mieux gérer vos horaires par rapport à votre vie de famille. De plus, vous n’aurez pas de transport matin et soir pour vous rendre sur votre lieu de travail ! Mais il faut penser que la frontière entre votre vie professionnelle et votre vie personnelle sera alors très mince. Même quand les enfants ne seront plus là, votre maison vous échappera un peu car vous n’aurez pas la possibilité de tout y faire !

Peut-être que vous serez alors plus à l’aise avec l’idée de sortir de chez vous pour aller au travail. Mais attention, même si vous travaillez dans une maison, cela reste votre lieu travail, et il faudra vous y comporter comme tel. D’autant plus qu’il n’est pas évident pour des parents de laisser leur chez-eux, en plus de confier leur(s) enfant(s).

Enfin, dans les deux cas, sachez que la majorité du temps, vous êtes seul.e.s avec les enfants et que ce sont généralement de longues journées de travail ( entre 8 h et 10 h par jour ). Si vous n’en pouvez plus, si vous êtes fatigué·e·s, hors de question de « prendre  une pause » et de laisser les enfants. Si vous avez des difficultés avec un enfant ou que la relation avec les parents se dégrade, il est très difficile de trouver des personnes, professionnelles, pour vous aider à aller de l’avant, à trouver d’autres solutions et à vous remotiver. On travaille souvent avec les enfants par passion, mais ces petits êtres peuvent mettre à mal notre patience et notre résistance, quelque soit le niveau de formation que l’on a.

Je vous invite donc à bien réfléchir, à peser le pour ou le contre, avant de vous lancer dans une de ces deux professions. N’hésitez pas à laisser en commentaire la profession que vous avez choisie et pour quelles raisons.

Si vous cherchez justement un accompagnement professionnel, je vous invite à aller jetez un œil à mes prestations. Parfois, un peu d’aide est tout ce qu’il vous faut !

Posts created 22

Laisser un commentaire

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.